Partagez______________________

Twitter_40.jpgFacebook_40-copie-1.jpgIn_40.jpgYoutube_40-copie-1.jpg

@jacobpascal__________________

Extraordinaire__________________

Voyage microscopique au centre du bois

(Universcience.tv)

Metropol Parasol de Séville

(MetsäWood)

L'Hermione

(Asselin S.A.)

Grenier St-Jean Angers

(Atelier Perrault)

Aéroport Charles De Gaulle T2E

(MetsäWood)

Le chêne Babaud

(Photo Pascal Jacob)

@Strater_Paris____________________

/ / /

Paris, 29 mai 2017 - Suite à la parution de plusieurs articles dans la presse (notamment dans l'édition du 11 mai 2017 d'un quotidien local : " Le Journal du Centre ") et sur certains réseaux sociaux relatant d'une façon inexacte l'historique du projet industriel de scierie de résineux, de centrale électro-thermique et de pelletisation ERSCIA FRANCE à Sardy-Lès-Epiry (France/Bourgogne/Nièvre), voici, ci-après, les faits exacts et vérifiables relatifs à ce projet tels qu'ils ce sont déroulés entre 2006 et le printemps 2013.

 

Maquette du projet ERSCIA France

 

2006 : La Communauté de Commune du Pays Corbigeois mandate Fibre Active

La Communauté de Communes du Pays Corbigeois a souhaité organiser une filière bois sur son territoire, à partir de 2006. C’est vers Fibre Active, l’agence de développement économique de la Nièvre, en grande partie financée par le Conseil Général de la Nièvre et aussi par Chambre de Commerce et d'Industrie (CCI) de ce département, que cette Communauté de Commune s’est retournée. Fibre Active était présidée, à cette époque, par Jean-Louis ROLLOT, également Vice-Président du Conseil Général de la Nièvre1.

 

L'agence a alors engagé des investigations au niveau européen afin d’identifier des acteurs industriels (essentiellement des scieurs) pouvant être intéressés par un tel projet, dont l’espace foncier réservé se situait sur la commune de Sardy-Lès-Epiry. L’un d’entre eux, le Groupe Fruytier, avait alors manifesté un intérêt dès l'automne 2006 pour finalement se retirer quelques mois plus tard, en mars 2007 (et s’implanter à quelques kilomètres de Sardy-Lès-Epiry, à la Roche en Brénil, en Côte d’Or), épisode relaté par plusieurs articles parus dans "Le Journal du Centre " à l'époque.

 

2007 : Fibre Active se rapproche de l'industriel belge IBV 

A la suite de cet échec, Fibre Active s’est rapprochée des 15 plus importants industriels du sciage en Europe dont le Groupe belge IBV pour lui proposer d’installer son nouveau projet de centrale électro-thermique de cogénération sur le site de Sardy-Lès-Epiry, ce projet étant une duplication quasi identique de l’usine IBV située à VIELSAM en Belgique (Wallonie), opérationnelle depuis 1998 et rentable.

 

Ligne Canter Scierie IBV à VIELSALM (Belgique)

 

2009 : IBV et son dirigeant Josef HAAS lance les études de faisabilité

Le dirigeant d’IBV, Josef HAAS, a été reçu à plusieurs reprises par les autorités départementales, préfectorales et communautaires entre 2007 et 2009, visites également largement couvertes  par "Le Journal du Centre ". Josef HAAS accepta de lancer, en 2009, les premières études de faisabilité relatives au projet en lien très étroit avec les représentants de l'Etat (Préfet de la Nièvre et sous-Préfet d'arrondissement) les élus locaux et départementaux, dont Christian PAUL, député, l’agence de développement économique de la Nièvre et la SEM Nièvre Aménagement (Société d'Economie Mixte) également sous contrôle du Conseil Général de la Nièvre.

 

2010 : Josef HAAS décide de s'implanter à Sardy et rencontre Pascal JACOB : Création d'ERSCIA FRANCE

Au printemps 2010, le dirigeant du Groupe IBV, Josef HAAS, prit la décision d’engager les procédures visant à obtenir les sept autorisations préfectorales et ministérielle permettant de démarrer le projet (Cf. article le Journal du centre (le JDC) du 29/06/2010).  Josef HAAS rencontre alors à ce moment précis, Pascal JACOB, tout juste libéré de ces mandats de Président du Groupe JACOB-POBI et de ses filiales. Un accord de collaboration est alors conclu cette même année avec la mission donnée à Pascal JACOB et l'équipe-projet, composée de José SCHNEIDER et Christian GEBELE, de mener à bien ces procédures de demandes d’autorisations. Une société de projet est créée fin novembre 2010 (ERSCIA France SAS : Cf. article Le JDC 03/12/2010 et Le Bois International du 11/04/2011), Josef HAAS en est le Président et Pascal JACOB, le Directeur Général. L’étude financière (plan d’affaires) est confiée à KPMG Paris, l’un des leaders mondiaux de l’audit  financier et de l’expertise comptable afin d’en étudier le financement et de présenter aux autorités préfectorales et au Ministre de l'Économie, du Redressement productif et du Numérique de l’époque Arnaud MONTEBOURG, le montage financier de l'opération. Ce dernier a reçu les dirigeants d’ERSCIA FRANCE le 5 février 2013 à Paris et leurs a assuré, après analyse approfondie du dossier notamment sur le plan financier, le soutien plein et entier du Gouvernement français pour ce projet industriel.

 

2013 : Toutes les autorisations administratives sont accordées pour lancer la construction. ERSCIA FRANCE est classé " Grand projet Industriel " par l'Union Européenne.

Courant 2013, toutes les autorisations administratives (préfectorales et ministérielle) permettant le démarrage officiel du projet ont été obtenues (Cf. article Le JDC du 27/04/2012) y compris le contrat de rachat d’électricité conclu entre ERSCIA FRANCE et EDF pour une durée de 20 années. La mission confiée à Pascal JACOB par les dirigeants d’ERSCIA était donc pleinement remplie avec succès. Les investissements s’élevant à 154 M€ HT pouvaient être lancés. L’ouverture de l’usine était alors prévue pour 2015 avec un programme de création de 617 emplois ETP (Equivalent Temps Plein : 120 directs, 200 indirects et 297 induits).

 

Mais devant les nombreuses procédures judiciaires engagées par différentes associations  et en  l'absence d'un soutien unanime des élus et des réprésentants économiques locaux, provoquant l’enlisement du projet, Pascal JACOB décida de quitter ses fonctions de Directeur Général d’ERSCIA FRANCE en octobre 2013. Le projet ne verra jamais le jour ... dans la Nièvre, qui voit lui échapper, à cet instant, le plus important projet industriel de la filière forêt-bois , en Europe, depuis ces 20 dernières années. Classé, par son PIB, 88ème département français et ayant perdu (en %) le plus d'habitants entre 2008 et 2015, La Nièvre manque, ainsi, l'occasion historique de sortir d'une situation économique et démographique désastreuses.

 

 

Pascal JACOB, 29 mai 2017.

_________________________________________________________________________________________

Notes :

(1) Pascal JACOB fut le 1er Président de Fibre Active élu pour un mandat de 5 ans de juin 2001 à Mai 2006. Son successeur, Jean-Louis ROLLOT, Vice-Président du Conseil général de la Nièvre fut Président de l'Agence de 2006 à 2008. A partir de 2008, Thierry DOUBRE a assuré la Présidence de Fibre active et Jean-Pierre ROSSIGNOL (également Président de la Chambre de Commerce et de l'Industrie de la Nièvre), la Vice-Présidence aux côtés du représentant du Conseil Général de la Nièvre. 

Partager cette page

publié par Pascal JACOB - dans Erscia France