Partagez______________________

Twitter_40.jpgFacebook_40-copie-1.jpgIn_40.jpgYoutube_40-copie-1.jpg

@jacobpascal__________________

Extraordinaire__________________

Voyage microscopique au centre du bois

(Universcience.tv)

Metropol Parasol de Séville

(MetsäWood)

L'Hermione

(Asselin S.A.)

Grenier St-Jean Angers

(Atelier Perrault)

Aéroport Charles De Gaulle T2E

(MetsäWood)

Le chêne Babaud

(Photo Pascal Jacob)

@Strater_Paris____________________

22 juillet 2010 4 22 /07 /juillet /2010 14:54

Paris, 21 juillet 2010 - La France manque t-elle de bois résineux ? Le pays est-il menacé de pénurie ? Le développement  de nouvelles installations industrielles de sciages pour répondre aux besoins de plus en plus importants du marché de la construction, en France, va t-il précipiter ce mouvement ? Certains acteurs de la filière bois française voient dans l’évolution de la consommation des bois résineux  les signes précurseurs d’un manque à venir de cette matière première … Qu’en est-il véritablement ? Ce début de psychose est-il justifié voire orchestré ? …


Sardy-0212.JPG

Photo Didier Verlynde

Depuis quelques années, la France enregistre un accroissement significatif de sa consommation de bois résineux engendré par un développement important du matériau bois dans la construction. Le phénomène est lié aux campagnes de sensibilisation opérées auprès du grand public ainsi qu’auprès des grands donneurs d’ordres publics et privés pour l’utilisation d’un matériau d’origine renouvelable. Cet accroissement résulte également des effets du Grenelle de l’environnement et des mesures récentes prises par le Président de la République  (voir les cahiers du Cobaty 2009).

 

La filière bois française, peu préparée à cette montée en puissance de la consommation de bois, malgré les 7 millions de m3 de sciages résineux produits en 2008, contraint la France à  importer quelques 3 millions de m 3 de bois par an depuis l’Europe du Nord ou l’Allemagne, ses  principaux fournisseurs. C’est d’ailleurs ce que déclaraient récemment Didier Verlynde et Pascal Jacob aux responsables politiques de notre pays, le 20 mai dernier à l’Elysée : « … La croissance du matériau bois en France n'est possible seulement parce que notre pays a la chance de pouvoir importer depuis les pays voisins les volumes de bois résineux dont elle a besoin. Cette situation relève du paradoxe lorsque nous considérons l'importance de nos réserves forestières. De surcroît, cette croissance bénéficie surtout aux pays exportateurs ... »

 

En effet, la France possède l’une des forêts les plus étendue d’Europe. Fort de ses 17 millions d’hectares, le massif forestier français couvre près de 30% du territoire métropolitain. La progression de la forêt française a été spectaculaire au cours de la seconde partie du XXe siècle où sa surface s’est accrue de plus de 5 millions d’hectares. Cela a surtout profité aux régions touchées par l’exode rural à l’image de pans entiers du Massif Central créant une « diagonale forestière » en lieu et place de la « diagonale du vide » décrite dans les manuels de géographie.

 

Cet accroissement forestier est le fruit d’une politique ambitieuse menée en faveur de l’enrésinement du territoire favorisée par la mise en place du Fond Forestier National dès la Libération, un outil  malheureusement supprimé à la fin des années quatre-vingt dix.

 

Cet enrésinement massif conduit  aujourd’hui notre pays à compter plus de 5 millions d’hectares de forêt de conifères. La forêt française enregistre l’un des taux d’accroissement naturel annuel le plus important d’Europe, et s’enrichit chaque année de plus de 90 millions de m3 dont 42 millions de m3 pour les seules essences de conifères.


La récolte de grumes de conifères en France en 2008

 Graphb1.jpg

Cliquez sur le graphique pour l'agrandir


Face à cet accroissement, le prélèvement annuel de bois résineux, s’il s’est accru depuis quelques années, reste en moyenne limité, même s’il s’est accentué au cours des années. A peine un peu plus de 35% de l’accroissement annuel résineux est prélevé1  à l’échelle de la France, soit 15 millions de m3.

 

Il existe cependant de fortes disparités en fonction des régions et des essences récoltées. Peu récolté dans la France du Sud en région PACA, le résineux est plus recherché en région France Comté (54,2%), Limousin (43,5%) ou Aquitaine (45,3%);


La récolte annuelle de grumes de conifères 

comparée à l'accroissement naturel annuel (année 2008)

Graphb2.jpg

Cliquez sur le graphique pour l'agrandir

 

Quelque soient ces niveaux de prélèvements, les 15 millions de m3 récoltés chaque année  représentent peu vis-à-vis des 42 millions issus de l’accroissement naturel annuel. S’il convient d’ajouter à ce volume, le poids des bois dits de trituration, (6 millions de m3 en 2008), la récolte conifère correspond à un peu moins de 50% de l’accroissement naturel annuel. Cette récolte totale de bois n’affiche d’ailleurs pas la même valeur, elle peut, selon les années, varier à la baisse (-8,15% entre 2007 et 2008).


Evolution de la récolte de bois résineux en France

Graphb3.jpg

Cliquez sur le graphique pour l'agrandir

 

Evolution de la récolte de conifères comparée à l'accroissement annuel

(2002 à 2008)

Graphb4.png

Cliquez sur le graphique pour l'agrandir


Peut-on dans de telles conditions prédire une pénurie à venir de bois résineux ?

 

Aujourd’hui, la France importe environ 3 millions de m 3 de sciages résineux pour satisfaire ses besoins. Dans l’hypothèse absolue où elle voudrait auto satisfaire  sa consommation de bois cela signifierait qu’il lui faudrait prélever 6 millions de grumes de résineux supplémentaires. Même avec de telles valeurs les prélèvements en bois effectués resteraient bien inférieurs aux capacités de l’accroissement naturel annuel.

 

Les craintes liées à une éventuelle pénurie de bois proviennent davantage des difficultés engendrées par la mobilisation des bois situés selon les régions dans des terrains parfois difficiles d’accès (relief, morcellement..) et d’une certaine réticence des propriétaires à mettre en vente des bois dans un marché spéculatif.

 

Le marché répond à des règles élémentaires de l’offre et de la demande. Le développement de l’utilisation du bois notamment dans la construction, et, consécutivement à cette situation, l’augmentation des besoins futurs en approvisionnement des scieries sensibiliseront inévitablement les propriétaires forestiers à replanter des parcelles aujourd’hui souvent inexploitées en l’absence de débouchés.

 

Il convient cependant que la France facilite ce mouvement par la mise en place d’outils incitatifs à l’image du Fond Forestier National2 permettant à notre pays de faire émerger une filière bois puissance en Europe.

 

1 Pourcentage de prélèvement calculé en 2008 à partir de la récolte de grumes de conifère fournie par Agreste

2 Le FFN a été supprimé en 1997 

Partager cet article

publié par Pascal JACOB - dans Actions de Pascal JACOB