Partagez______________________

Twitter_40.jpgFacebook_40-copie-1.jpgIn_40.jpgYoutube_40-copie-1.jpg

@jacobpascal__________________

Extraordinaire__________________

Voyage microscopique au centre du bois

(Universcience.tv)

Metropol Parasol de Séville

(MetsäWood)

L'Hermione

(Asselin S.A.)

Grenier St-Jean Angers

(Atelier Perrault)

Aéroport Charles De Gaulle T2E

(MetsäWood)

Le chêne Babaud

(Photo Pascal Jacob)

@Strater_Paris____________________

1 juillet 2011 5 01 /07 /juillet /2011 07:50

Nevers, 30 juin 2011 - Portée par ERSCIA France et soutenue unanimement par l’ensemble des pouvoirs publics, par les collectivités territoriales concernées par ce projet et par les élus,  l’implantation dans la Nièvre en Bourgogne d’une centrale électrothermique, d’une unité de pelletisation et d’une scierie de résineux - attendue par toutes les industries de seconde transformation - constituent une opportunité exceptionnelle pour le développement des filières bois et énergie.

 

Projet exemplaire en matière d’énergie verte, ces installations fourniront, par cogénération à partir de la biomasse forestière, de l’électricité correspondant à la consommation moyenne d’environ 25000 foyers, soit l’équivalent de la moitié des besoins du département de la Nièvre. Elles produiront également 250000 tonnes de biocombustibles sous forme de pellets/granulés en bois pouvant se substituer aux énergies fossiles et à l’énergie nucléaire.

 

Par ailleurs, compte tenu d’un rendement énergétique qui atteindra une valeur exceptionnelle de 88 %, l’unité d’ERSCIA France participera à la réduction en émissions de gaz à effet de serre de 140 000 tonnes par an (production d’électricité verte : économie en émission CO2  de 40 000 tonnes et valorisation locale de la chaleur  pour le séchage des produits sciés et des pellets : économie en émission CO2 de 100 000 tonnes).

 

Les approvisionnements : Le projet n’est pas une menace pour la forêt française

 

Ce projet, ne menace aucunement l’équilibre de la forêt française et encore moins le massif du Morvan ce dernier étant finalement peu concerné par les approvisionnements envisagés, contrairement à ce qu’a déclaré François Lotteau, secrétaire régional d’Europe Écologie - Les Verts Bourgogne dans un communiqué de presse paru mercredi 29 juin 2011.

 

En effet, ce projet s’inscrit au sein de l’une des plus importantes régions françaises productrices de bois : la Bourgogne, plantée massivement en résineux et plus particulièrement en pins douglas (64 000 hectares soit 15 millions de m3 sur pied). Les services régionaux du Ministère de l’Agriculture ont avancé en 2008 un chiffre de production annuelle pour cette essence de l’ordre de 850 000 m3 sur un total 2 millions de m3 de résineux pour une récolte totale de 1,2 million. Ces mêmes services estiment que la production annuelle de douglas en Bourgogne atteindra, à l’horizon 2030, 1,5 million de m3 !

 

Cependant, compte tenu de l’importance du projet ERSCIA France, à l’image des entités industrielles concurrentes déjà implantées en Bourgogne, il convient d’apprécier, en matière d’approvisionnement, la zone d’influence du futur complexe industriel bien au-delà des limites administratives du département de la Nièvre et de la région Bourgogne.

Appro_Erscia-copie-1.jpg

Erscia est situé à l'épicentre de six grands massifs forestiers

(Cliquez pour agrandir l'image - Source : Memento FCBA)

 

En effet, c’est au regard des nombreux massifs forestiers situés dans un rayon de 300 km autour du futur site (appelée « Massif Central Centre Est ») qu’ERSCIA France a construit précisément son plan d’approvisionnement privilégiant dans ses critères d’implantation la présence du réseau ferré qui desservira le site de Sardy-lès-Epiry Avec 277 millions de m3 de résineux sur pied et un accroissement naturel annuel de plus de 14 millions de m3, cette zone inscrite dans ce cercle concerne 26 départements et 8 régions administratives. Elle constitue un réservoir forestier de résineux de tout premier ordre.

 

Face à cette disponibilité, le projet d’ERSCIA France consommera annuellement 500 000 m3 de grumes de bois résineux répartis entre le pin sylvestre (et mélèze) pour 40%, l’épicéa (et autres résineux) pour 30% et enfin le Douglas pour 30% (situé sur les massifs du Morvan, du Massif Central et du Limousin).

 

A ce jour, le total des volumes de bois résineux récoltés sous forme de grumes représente sur la zone « Massif Central Centre Est » 5 millions de m3 soit à peine plus d’un tiers de l’accroissement naturel. Par ailleurs, le plan d’approvisionnement du futur site d’ERSCIA France privilégie les secteurs nord, ouest et sud de cette zone et, de facto, se trouvent être éloignés des secteurs sur lesquels sont implantés les deux autres industriels bourguignons concurrents. Il faut également noter qu’ERSCIA France  a d’ors et déjà mis en place un réseau de fournisseurs parfaitement bien identifié sur cette zone capable d’assurer l’approvisionnement de l’unité de Sardy-lès-Epiry  dans la durée, la plupart  de ces fournisseurs aujourd'hui exportant en moyenne 40% de leur récolte faute de débouchés sur le territoire français.


Douglas_Morvan.jpg

Le massif forestier du Morvan sera finalement peu concerné par les approvisionnements d'ERSCIA FRANCE


Les lignes de sciage de l’unité de production d’ERSCIA France pourront traiter des bois de 13 centimètres à 1,00m de diamètre (alors que l’unité de sciage voisine et concurrente exploite majoritairement des billons de diamètre de 25 à 30cm). Outre le fait que cette diversité de diamètres entrant élargira considérablement le champ d’approvisionnement, l’unité d’ERSCIA France permettra surtout de valoriser les gros diamètres notamment ceux issus du Douglas situés sur le massif du Morvan dont la disponibilité va connaître une croissance très importante au cours des vingt prochaines années : de 200000 m3 en 2011 à près de un million de m3 à horizon 2030 pour les billons de diamètre supérieur à 50 centimètres (source FCBA).

 

Enfin, concernant l’approvisionnement de la centrale électrothermique, celle-ci sera  alimentée pour partie par les connexes bois issus de l’unité de sciages de résineux, et utilisera également, à la demande des sylviculteurs de la région Bourgogne, de la biomasse issues des forêts feuillues apportant ainsi une réponse à la problématique exprimée de régénération du patrimoine forestier feuillu local. 

 

La filière bois française a donc tout à gagner de l’implantation de ce premier complexe industriel de sciages industriel et de production d’énergie verte puisqu’elle est aujourd’hui, d’une part, contrainte d’importer plus de trois millions de m3 de bois sciés résineux, en l’absence d’une offre française suffisante et, d’autre part, pénalisée dans le même temps par des exportations massives de grumes vers l’Allemagne, l’Autriche, la Belgique et même la Suisse … »


© Pascal JACOB

Crédits photos : Blog de Pascal Jacob - Pascal Jacob

Dernière mise à Jour : 28/08/2011 12:51

Partager cet article

publié par Pascal JACOB - dans Actions de Pascal JACOB