Partagez______________________

Twitter_40.jpgFacebook_40-copie-1.jpgIn_40.jpgYoutube_40-copie-1.jpg

@jacobpascal__________________

Extraordinaire__________________

Voyage microscopique au centre du bois

(Universcience.tv)

Metropol Parasol de Séville

(MetsäWood)

L'Hermione

(Asselin S.A.)

Grenier St-Jean Angers

(Atelier Perrault)

Aéroport Charles De Gaulle T2E

(MetsäWood)

Le chêne Babaud

(Photo Pascal Jacob)

@Strater_Paris____________________

24 septembre 2013 2 24 /09 /septembre /2013 11:21

Fotolia 40529453 XSParis, 22 septembre 2013 - Le Projet de loi initié par Benoît Hamon, Ministre délégué à l’économie solidaire et sociale prévoit d'obliger un chef d'entreprise de moins de 50 salariés qui veut céder son entreprise à en informer préalablement ses salariés pour leur permettre de se porter candidat à la reprise. Ce projet de loi suscite déjà un tollé dans les milieux patronaux ce qui a conduit Bercy à réagir bien maladroitement : " Ce n'est pas le Medef qui fait la loi en France ".

 

Selon le Ministre Benoît Hamon, cette loi pourrait sauver jusqu'à 50.000 emplois par an en permettant aux salariés, via une Société coopérative et participative (SCOP), de reprendre leur outil de travail quand aucun repreneur ne se présente.

 

Déjà très décriée par les représentants patronaux, cette loi, si elle était promulguée, démontrerait, une fois de plus, les différences abyssales entre le monde de l'entreprise, le gouvernement. Selon moi, elle rendrait inévitablement plus complexe et plus long les processus de cession, nuirait au secret des affaires et affecterait la valorisation des entreprises en dissuadant, en particulier, les investisseurs étrangers de proposer une offre concurrente à celle de salariés souhaitant s'organiser en SCOP.

 

Pascal JACOB

Partager cet article

publié par Pascal JACOB - dans Economie