Partagez______________________

Twitter_40.jpgFacebook_40-copie-1.jpgIn_40.jpgYoutube_40-copie-1.jpg

@jacobpascal__________________

Extraordinaire__________________

Voyage microscopique au centre du bois

(Universcience.tv)

Metropol Parasol de Séville

(MetsäWood)

L'Hermione

(Asselin S.A.)

Grenier St-Jean Angers

(Atelier Perrault)

Aéroport Charles De Gaulle T2E

(MetsäWood)

Le chêne Babaud

(Photo Pascal Jacob)

@Strater_Paris____________________

30 avril 2013 2 30 /04 /avril /2013 06:52
Paris, 30 avril 2013 - Durant les années 90 et jusqu'en 2013, Antoine VEIL a mené avec Pascal JACOB, une importante croisade auprès du monde politique français pour relancer de la filière bois en France (voir détails). Notre pays possède, en effet, la première forêt d’Europe en volume de bois sur pied, mais, paradoxalement demeure le dernier pays sur ce continent en termes de consommation par habitant.
 
C'est au début des années 2000 qu'Antoine VEIL et Pascal JACOB (PDG du Groupe JACOB) concrétisent leurs efforts en créant POBI (filiale du Groupe JACOB) à la Charité-Sur-Loire et en acquérant à François PINAULT la dernière unité de sciage industriel de feuillus du Groupe éponyme. POBI devînt quelques années plus tard, la 1ère unité de production de maisons à ossature bois en France (130 emplois industriels créés sur le site entre 2002 et 2009), utilisant quasi exclusivement des résineux français, objectif atteint. Antoine VEIL fut actionnaire puis administrateur du Groupe JACOB jusqu'en 2009 (date de cession de celui-ci à une entreprise côtée spécialisée en maisons individuelles). Il poursuit alors sa route en faveur du développement du bois et de la forêt française, jusqu'à son décès, au début du mois d'avril dernier, aux côtés de Pascal JACOB lorsque celui-ci prend les rênes d'ERSCIA FRANCE, et du projet nivernais de centrale électrothermique à biomasse forestière de Sardy-Lès-Epiry.
 
Vidéo : Discours d'Antoine VEIL aux côtés de Pascal JACOB, Inauguration de la chaîne de production numérisée de POBI (08/11/2007, la Charité-Sur Loire).

Partager cet article

publié par Pascal JACOB